AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

"- Et si je rajoute ça, ça va exploser ?" (Fenris)

Mandragore :: "La Mandragore" :: Troisième étage :: Salle sur demande
Freyja A. Løve
avatar

Ma vie
Matière à la Mandragore:
Inventaire:
Point pour Sablier:
0/1000  (0/1000)
Mon Emploi : Völva : voit l'avenir sous forme de rêves ou de prophétie
Localisation : La Mandragore
Parchemins écrits : 29

04.05.18 17:34
Cours particuliers
Ft. Fenris


"- Calme toi, Skye !" Que tu t'exclames en bougeant tes mains vers le bas pour tenter de rabaisser le ton surpris de ta camarade à l'annonce que tu viens de lui faire. "- Ce n'est pas grand-chose, il va juste m'aider en potion, ne te fâche pas." Dans un sens, ta camarade n'a pas vraiment tort de se faire du souci pour toi, pauvre âme perdue qui décide de faire confiance au malin pour rattraper ton retard en potion. "- Je t'aurais bien demandé, mais tu as tes propres cours, et je ne voulais pas t'embêter." Tu pourrais l'avouer tout de même que tu es heureuse d'y aller juste parce que ton professeur particulier te plait bien. Euphémisme, tu es complètement drogué. Secouant doucement la tête en souriant d'un air malicieux, tu rassembles les parchemins dont tu as besoin pour la journée, avant de natter tes cheveux en observant la brune en face de toi, qui ne semble toujours pas convaincu du bienfait de ces cours de potion. "- Mais il m'a proposé ça si gentiment..." Tu parles, il était totalement désespéré que t'as réussis à lui faire éprouver de la pitié. "-… Et puis, il ne va rien me faire, je le sens, ne t'inquiètes pas. Mon intuition ne me lâche jamais." Tu noues tes cheveux avec tes élastiques, avant de prendre ton sac. "- Mais en attendant, je dois aller en Divination, la prof veut me parler, je ne sais pas trop de quoi. Odin veille sur moi, ne t'en fais pas ! " Tu abandonnes Skye dans la salle commune après une accolade amicale, descendant dans la salle de Divination.  

Une heure et trois prophéties plus tard prédisant une catastrophe dans ta salle commune, tu restes un instant avec ton professeur, qui voulait s'entretenir avec toi de tes capacités en Divination. Tu n'as jamais su pourquoi tu étais douée dans cette matière. La seule raison pour laquelle tu as continué, c'est le jolie O que tu as obtenue au BUSE, te disant que cela te ferait une bonne note aux ASPIC. De là à vouer ta vie à cet art abstrait, tu ne sais pas trop. Quoi que tu ne dirais pas non à voir ce que font réellement les Dieux que tu chéris tant. Revenant sur Terre en te tapotant la joue devant une professeur aussi lunaire que toi, tu finis par prendre le livre qu'elle te tend sur les différentes branches de la divination après l'école. Te disant que ça ne mangeait pas de pain de voir. Mais pour toi, il est clair que tu ne feras pas une carrière là-dedans. Si seulement tu ouvrais un peu les yeux.  

Décidant d'être sérieuse, comme si tu voulais te reprendre en main grâce à ce fameux cours de potion de la veille, tu fais un crochet par la bibliothèque pour réviser tes runes. Matières que tu as choisies juste pour comprendre certaines runes qui viennent de chez toi. Oubliant presque que d'autres runes existent partout dans le monde. Entourée de trois gros dictionnaires de Hiéroglyphes et Iogogrammes, tu tentes de terminer ce devoir que tu dois rendre pour le lendemain.  

Frottant ton œil pour ne pas t'endormir sous la lourdeur des traductions du textes, tu finis par soupirer, fermant une court instant les yeux pour te les reposer. C'Est-ce qu'on dit, tu vas encore t'endormir. Mais cette fois, tu es plus forte que ton envie de dormir, secouant rapidement la tête pour te réveiller, baillant un grand coup comme pour t'oxygéner largement. Laissant aller ta plume à une phrase qui n'avait aucun sens, parlant d'un pharaon avec son pantalon à l'envers. Tu grimaces, te demandant réellement si tu avais quelques choses de juste dans toutes tes traductions.  

Tu refermes le livre avec une certaine violence, faisant voler certaines mèches de tes cheveux qui se sont échappés de ta tresse, observant l'heure sur ta montre, lisant un vague 19h avec un sursaut, te levant tout aussi brusquement que tu avais fermé le livre. Tu entends la bibliothécaire râler, t'excusant avec un sourire désolé. Tu ramasses ta chaise en pestant contre toi-même, puis tu rassembles tes parchemins et tes plumes en désordre dans ton sac. Tu rangeras plus tard, pour l'heure, tu préfères aller directement à la salle sur demande.  

Tu grimpes rapidement les marches puis tu te poses devant la salle sur demande. Ton ventre se met à grogner, mais tu restes là, persuader de ne pas avoir le temps. Dix minutes passent, puis quinze. A un moment tu prends la peine de regarder ta montre à nouveau. Crétine, elle est à l'envers, il n'est que 17h30. Frappant ta tête avec la paume de ta main, tu traines la patte jusqu'à la grande salle en flânant. Comment peux-tu être idiote à ce point ? Tu t'installes à la table des bleus, en te servant plus que de raison. Surtout au niveau de la tarte à la mélasse. Tu t'inquiéteras de ton poids plus tard, pour l'heure, tu as d'autre chose en tête. Comme cette question existentielle : Est-ce que tu dois te changer avant d'y aller ? Non mais Frey tu pourrais y  aller vêtue d'un sac à patate, ce serait pareil, tu y vas pour apprendre, pas pour défiler. Vrai, mais ce n'est pas une raison pour être débraillée.  

A force de te poser la question, tu te rends compte que maintenant, il est vraiment 19h. Levant les yeux au ciel, tu essuies ta bouche d'un geste rapide, avant de sortir de la grande salle sans poser l'œil ailleurs que sur la sortie. Grimpant les marches par deux, tu vas directement vers la salle sur demande, te reposant contre le même mur qu'auparavant. N'omettant pas de te dire à toi-même de ne surtout pas raconter ta bêtise d'avant à qui que ce soit.  

Tu te laisses glisser sur le sol froid en attendant, fouillant dans ton sac pour récupérer le fameux livre qu'on t'a donné auparavant, grimaçant par moment en lisant les débouchés que la divination pouvait offrir. C’est-à-dire aucune mise à part professeur, ou astrologue, ou encore voyante à son compte. Rien de transcendant en soit. Tu secoues la tête, laissant un fin soupire s'échapper alors que tu détaches tes cheveux, ignorant les allers et venues des autres élèves. C'est un ramassis de connerie tout ça. Même toi tu l'avoues alors que tu termines ta lecture en haussant les sourcil d'un air exaspéré. Ce n'est pas ça qui va m'aider pour plus tard.

Tu relèves la tête, toujours personne. Et tu commences sérieusement à avoir froid aux fesses avec la jupe de ton uniforme. Tu te relèves, prenant soudain l'initiative d'entrer dans la salle sur demande. Après tout, pourquoi rester là à se les geler alors que tu peux avoir toute la chaleur que tu veux à l'intérieur. Pensant fortement à une cheminée pour te réchauffer, tu passes trois fois devant le mur, avant d'entrer dans une salle de potion avec cheminée au style cosy –ou douteux selon les goûts - alors que tu t'assois en tailleur sur le tapis devant le feu, tendant les mains en avant pour te réchauffer. Il n'y a que toi pour avoir des idées pareils. Espérant fortement qu'il aura la présence d'esprit de vérifier que tu es là, avec la foutue crainte de finir avec la tête dans le feu du foyer.        

by Epilucial




_________________
We come from the land of the ice and snow, from the midnight sun where the hot springs blow. The hammer of the gods will drive our ships to new lands, to fight the horde, singing and crying : Valhalla, I am coming !
Fenris Greyback
avatar

Ma vie
Matière à la Mandragore:
Inventaire:
Point pour Sablier:
5/1000  (5/1000)
Parchemins écrits : 47

07.05.18 18:16
Patience.... Ô patienceF & F"Tu le sais, c'est la règle commune: Tout ce qui vit doit mourir, emporté par la nature dans l'éternité.". (System Of A Down → Aerials)Autant dire que la nouvelle a choqué les quelques personnes au courant. Pas que Fenris ait eu l'intention de le dire à qui que ce soit. Ce qui le regarde, n'occupe personne d'autre. Il a tout simplement signalé qu'il ne pourrait pas venir avec les autres ce soir-là. Et forcément, des petits curieux de leurs classes de potions avaient aussitôt après leur cours, lancé la rumeur comme quoi le méchant Fenris avait décidé de donner des cours à Freyja. Dans les couloirs, le loup avait déjà entendu que beaucoup soupçonner le jeune Greyback de vouloir définitivement réduire au silence la jolie blonde. Ce qui avait légèrement, très légèrement, fait sourire le serpent.

Ses rares amis pensaient que c'était de simples rumeurs et n'avait donc pas perdu leur temps à en parler. Jusqu'à présent, où ils regardent tous Fen', comme s'il avait subi un enchantement quelconque. Loin de se préoccuper de leur avis il continua de rédiger son devoir, comme si tout était parfaitement normal. Mais en réalité, même lui c'était demandé quelle mouche l'avait piqué. Fenris, ce n'est pas le genre de type à aider. Du moins, pas comme ça. Il a quand même certaines valeurs, et son cercle d'amis plus que restreint, on du batailler un moment avait de s'attirer la sympathie, ou du moins, l'attention sincère et la loyauté du loup. Autant dire qu'il ne bougera même pas le petit doigt pour ses géniteurs, alors certainement pas pour venir au secours de la jeune Love.

Pourtant, le rendez-vous a été prit. Et il y a réfléchi un long moment, s'agaçant lui-même d'avoir proposé une telle chose. Enfin. La bleue avait proposé cette idée avant lui. Mais après tout, l'idée de pouvoir l'étrangler loin des autres, ou du moins, tenter de la rendre moins agaçante et maladroite semblait un bon point. Pour sa propre personne, en premier lieu. Puisque leur professeur de potions semblait assez folle pour les coller en binôme. Probablement parce que Freyja est la seule à ne pas se mettre à trembler quand elle est aussi proche du loup. Il faut bien admettre qu'il y a peu de personnes aussi suicidaires qu'elle.

Et même si Merlin même le sait, le loup n'est absolument pas patient, il ne reviendra pas sur sa promesse. Le serpent n'y pense pas le reste de la journée, il se contente de faire plus acte de présence dans ses cours que d'y être sincèrement actif, installé dans le fond de la classe, observant les autres autour de lui. Comme la plupart du temps, à la fin des cours il s'isole dans la salle commune, plus précisément dans dortoir. Le bruit trop fort de la foule d'élèves autour de lui durant la journée a tendance à le faire grincer des dents, alors il aime bien être tranquille pour la fin de journée, avant se retrouver de nouveau encombré sous les bruits énervant d'une foule de gamins pour l'heure du repas.

Installé sur son lit, le dos appuyé sur son oreiller, il rédige ses devoirs dans un silence presque religieux, ayant la pièce pour lui tout seul. Malgré le bruit étouffé de la population des différentes années des Serpentards de la salle commune, le loup peut enfin s'entendre réfléchir. Les minutes défilent, et bientôt il n'a d'autres choix que d'abandonner ce qu'il fait pour descendre avec les autres dans la Grande salle.

Le jeune Greyback participe à peine aux conversations autour de lui, mais il écoute. Il aime se tenir au courant. Il n'y a rien de plus précieux que les secrets. Beaucoup plus de valeurs que l'argent encore. Tout comme la peur. On ne peut revendre un secret, mais on peut en mettre à genoux plus d'un avec un seul d'entre eux bien choisi. Rien de bien intéressant ce soir-là malgré tout. Et Fenris ne prend pas le temps d'attendre les autres pour s'éclipser à la fin de son repas, après tout, il a un cours à donner. Levant les yeux au ciel a cette idée. Il sait déjà que sa patience sera mise à rude épreuve.

Malgré tous ses jambes le portent rapidement au troisième étage, vide à cette heure de la journée. Le loup se poste devant un mur qui semble nu, sans grand intérêt. Ses yeux se fixent dessus un moment, les mains dans les poches de son pantalon d'uniforme, avant de fermer les yeux et de faire trois passages devant ce mur à l'allure si ordinaire. Ses pensées vont vers Freyja, et une salle idéale pour un cours de potion.

Finalement, une porte finie par se dessiner sur le mur, sortant de nulle part, pour lui ouvrir le passage. Pénétrant dans la pièce, le loup s'attarde à peine sur la décoration, son regard attiré par la silhouette blonde installée proche du feu. Lui qui se disait justement qu'il aller la planter là, une fois que la bleue arriverait si jamais elle était en retard. En somme, il ne lui restait plus que deux minutes... Mais elle semblait visiblement très pressée pour cette leçon, puisqu'elle est en avance sur lui. Peut-être que tout n'est pas perdu. Le loup referma la porte derrière lui et se dirigea directement vers les deux chaudrons postés au milieu de la grande pièce.

- Debout. On n'a pas le temps pour se tourner les pouces devant le feu.
.
© 2981 12289 0

_________________

Pour protéger les brebis
, il faut qu'on arrête le loup. Et faut être un loup pour arrêter un loup
Freyja A. Løve
avatar

Ma vie
Matière à la Mandragore:
Inventaire:
Point pour Sablier:
0/1000  (0/1000)
Mon Emploi : Völva : voit l'avenir sous forme de rêves ou de prophétie
Localisation : La Mandragore
Parchemins écrits : 29

17.05.18 17:30
Cours particuliers
Ft. Fenris


Alors que ton esprit divague, observant les flammes de ton pauvre œil valide, tu te demandes tout de même si réellement il tiendra sa parole ou s'il te laissera planter la comme une pauvre cruche. Ce qui n'aurait pas été étonnant puisque la plupart des personnes autour de toi semble vouloir se jouer de toi et de ta naïveté. Après tout, se servir de la blonde de service, ce n'était pas une si mauvaise idée, même toi tu le reconnais. Bien trop gentille pour dire quoi que ce soit envers quiconque. Bien trop naïve pour songer un instant qu'encore une fois, on se moque de toi. Tu grimaces, non tu restes confiante, tu sais que non seulement il viendra, qu'en plus cela se passera bien. Enfin, aussi bien que le dernier cours de potion à ses côtés. Ça promet, dis-moi.

Alors que tu prends les dernière minutes qu'il te reste avant s avenue pour tresser tes cheveux, ce serait dommage de les voir tremper dans une potion, tu finis par lâcher un petit soupire, te demandant si Skye n'avait pas raison d'un côté. Que tu devrais apprendre à te méfier. Mais cette pensée s'estompe aussitôt que tu entends la porte s'ouvrir, ton cœur ratant un foutue battement alors que tu dois tourner la tête presque complètement pour le voir. Il n'est jamais du bon côté ma parole.. Un sourire apparait sur ton visage qui transpire la joie, presque la niaiserie. Qui sait, peut-être que tu parviendras à le déridé un peu. Idée qui te fait sourire de plus belle, totalement consciente que ce challenge semble quasi impossible.  

Tu sursautes en l'entendant, comme si on venait de te fouetter d'un coup pour que tu te bouges. D'ailleurs, à ta façon de te lever, on remarque bien que tu t'es sentie brusquer. Mais ce n'est pas grave, songeant que t'as signer pour ça. Que c'était probablement ton dernier moyen d'apprendre quelque chose en potion avant les ASPIC. Tu sais qu'il ne pourra pas faire de miracle non plus, mais tu sens que les dieux sont de ton côté, comme d'habitude. "- Bonsoir tout de même." Que tu laisses échapper en roulant de tes yeux, alors que tu viens te placer à ses côtés, ouvrant le livre de potion de cinquième année que tu avais mis au milieu de la table.  

Tu prends un instant pour remettre ton gilet en place, appréhendant un peu cette soirée. D'ailleurs, tu tentes de contrôler tes mains qui semblent s'être mise à trembler, les secouant alors que tu tentais de feuilleter les pages du livre. Merde mais calme toi donc. Tu mordilles l'intérieur de tes joues, gardant ton sérieux pour le moment. Tu as promis d'être assidue et calme, tu vas faire tout ton possible pour honorer ta promesse. Tu es lunaire mais pas folle. Relevant la tête vers Fenris, tu finis par hausser les épaules. "- Je ne sais pas vraiment par où commencer, j'ai tellement de lacunes. J'ai pris un livre de cinquième année, mais peut-être que j'aurais du prendre un autre." En vérité, il faudrait juste que tu reprennes les bases. Faire une totale remise à zéro, mais cela lui prendrait trop de temps. Quoi que tu ne dises pas non à passer beaucoup de temps avec lui. Attends déjà de voir comment se passe cette heure avant de dire que tu veux en passer mille avec lui. Ta conscience marque un point, alors que tu as une moue songeuse en observant le plan de travail. "- Après tout tu es bien placé pour savoir quelle catastrophe je suis..."  

Frottant ton œil pour t'éveiller un peu, tu finis par disposer à côté de toi plusieurs parchemins vierges, pour autant de notes que tu peux en bonne élève studieuse. Tu fais tourner la plume autour de tes doigts, attendant presque sagement. Trop sagement puisque la plume dérape sur la table, et que tu finis par croiser tes doigts entre eux pour éviter ta bougeotte et les probables menaces de mort du jeune homme, que tu entends déjà venir à mille kilomètres. Tu tentes de passer outre ce foutu ressentit que tu as eu la veille en cours de potion, ce mauvais pressentiment qui t'as hanté cette nuit sans que tu trouves une raison. Toujours aussi persuadé d'être protégée par tes croyances que l'on qualifie souvent de stupide.

Tu secoues vivement la tête, prenant conscience toi-même que ton attitude était totalement bête. "- Je t'écoutes, tu as TOUTE mon attention." Ce n'était pas bien difficile pour toi de ne fixer que lui, le tout c'était de ne pas flancher dans tes pensées, de ne pas trop non plus le dévorer du regard, de ne pas non plus t'endormir comme en cours. Te giflant mentalement quand tes propres pensées allaient trop loin, te recentrant sur l'objectif du moment : ne pas être une gourde toute ta vie.     

by Epilucial




_________________
We come from the land of the ice and snow, from the midnight sun where the hot springs blow. The hammer of the gods will drive our ships to new lands, to fight the horde, singing and crying : Valhalla, I am coming !
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mandragore :: "La Mandragore" :: Troisième étage :: Salle sur demande-
Sauter vers: